Toujours le king du chapeau !

Elvis pompilio

Avenue Louise 437, 1050 Bruxelles
02 512 85 88
www.elvispompilio.com
Shop@elvispompilio.com
strokkar 2016 -11 mai 2016 - Espace Vanderborght

Depuis plus de 20 ans, le designer belge Elvis Pompilio nous étonne par ses créations de chapeaux. De Bruxelles à New York, en passant par Londres, près de 30.000 chapeaux aussi fous que raffinés ont coiffés les têtes les plus célèbres. Symbole même de la qualité belge, Elvis se tourne aujourd’hui vers ce qui a toujours été sa force, l’art et l’artisanat à travers des collaborations  avec des galleries telles que Agnès de Man et les performances de l’artiste belge…. Même si la mode n’est jamais loin comme les délicieuses couronnes qu’il a dessiné pour Ann Demeulemeester, ce printemps 2016.

Ma clientème est très large. Je peux coiffer des jeunes gens branchés qui veulent un chapeau pour l’hiver, tout comme je viens de finir une collection pour Anne Demeulmeester pour le printemps 2016. Je me dirige aussi vers des chapeaux plus artistiques. Ils sont exposés chez Agnès de Man ici à Bruxelles. Enfin, je suis ambassadeur Volvo avec Axel Red ! », nous explique avec calme l’artiste dans son show room de l’avenue Louise. Difficile donc de poser la classique question des tendances ! « Comment vous répondre ? Je créé les tendances ! (rires) Je ne veux pas la ramener mais il n’y a que quelques personnes élitistes dans le monde qui dessinent des chapeaux. C’est une passion et je ne pourrais vous répondre que chaque client, chaque cliente est  différent(e). Chaque commande est aussi différente. C’est infini. Et un plaisir à chaque fois ». Même si le monde de la haute-couture n’est plus une priorité pour lui, on peut parler d’un art qui inspire la création plus populaire ? « Je me suis retiré de ce monde de la haute-couture pour justement retrouver l’amour du métier. J’ai arrêté le monde des boutiques, notamment au Sablon où j’ai œuvré pendant 4 ans finalement, pour me plonger dans une création plus intimiste. En un mot, une création sans concession. J’aime beaucoup travailler sur des pièces uniques. Même si oui je continue à faire des choses pour des gens comme Haider Ackermann dont les collections  se vendent dans le monde entier ». Mais l’artiste peut-il nous donner des directions pour cet été ? Une tendance ? « Je parlerais d’une certaine douceur dans mes créations de cet été. Tout sauf l’exubérance un peu aggressive que l’on peut imaginer. Les couleurs sont aussi assez naturelles et douces. ».

Mais un chapeau attire mon regard, ou plutôt une sorte de couronne assez christique. «  Oui, mais cela reste discret. Ici, c’est du cuir. C’est justement pour Anne Demeulemeester. A la base, c’est en crin. Cela va à ravir avec la collection de cette grande créatrice flamande. Mais cela prend un temps dingue pour les faire… On n’est pas dans le temps de l’industrie ici. » Difficile de définir la frontière entre art et artisanat avec Elvis Pompilio. D’ailleurs celui-ci collabore de plus en plus avec des artistes, des photographes. Comme cette exposition qui aura lieu  en avril 2016. « Le photographe  a demandé à des taggeurs du monde entier et à des artistes comme Jean-Luc Moerman de participer à une performance lié à un défilé pour lequel je fais des chapeau. Ensuite, il y aura une expo où les œuvres seront à vendre dont les bénéfices iront à des associations caritatives. ».

Finirais-je par avoir le secret des créations d’Elvis Pompilio ? « Je dirais que j’aime la rareté. Je suis aussi très observateur. J’enregistre tout ce qu’il y a autour de moi. Aussi je pars souvent de la personne pour qui je vais créer un chapeau. C’est le plus important. Enfin, il y a le style que j’ai développé depuis près de 20 ans. Là,  il n’ y a rien à faire. C’est une empreinte essentielle. »