De Coninck, 130 ans de passion vinicole

Patrick de Coninck

Où trouver un meilleur exemple de la Qualité belge sinon dans ces vénérables sociétés familiales qui ont réussi à entretenir un rare niveau d’excellence grâce à leur expérience et surtout à leur capacité de renouvellement. La maison de Coninck, du haut de ses 130 ans d’amour et d’expertise du vin, cultive un patrimoine unique grâce à la transmission de son savoir-faire, depuis  1886. BIGBOOK a eu la chance de rencontrer  Patrick de Coninck, représentant la 3ème génération, qui a relaté pour nous une aventure familiale qui a transformé une humble maison vinicole en véritable leader du marché belge, des plus grands connaisseurs aux simples amateurs de bons vins.

Devant des livres de compte datant de la fin du 19ème siècle, Patrick de Coninck, mémoire vivante de la famille, relate les débuts d’une saga unique en Belgique. « Mon grand-père, Louis de Coninck, qui s’était installé à Bruxelles en 1886 avait racheté une petite affaire de vin à une dame qui avait perdu son mari. A l’époque, le vin arrivait encore par bateau dans le quartier Sainte-Catherine. Les bouteilles des meilleurs crus français se vendaient à la bourgeoisie de la révolution industrielle, aux officiers et aux curés, qui entretenaient des caves magnifiques dans les campagnes reculées. Trois fils ont reçu en succession cette affaire déjà prospères. Un est parti à Libourne, en Gironde, après la guerre 14-18. La France manquait d’homme et ce monsieur de Coninck s’est marié avec la fille d’un propriétaire de vignoble. Patrimoine qu’il a fait croître rapidement autour de Bordeaux ». 

Un ancrage essentiel pour la maison de Coninck.

« Mais nous importions déjà des vins d’autres pays, comme le Portugal ! Mon père et son frère ont participé ensuite avec brio à la période après la Seconde guerre mondiale qui a vu déferler sur l’Europe, à travers les Anglais et les Américains, la mode des alcools. Les Belges découvrirent, avec beaucoup d’enthousiasme, le whisky ». Une nouvelle phase du développement de la maison de Coninck ? « Oui, sans abandonner le vin, nous avons développé les alcools dans notre assortiment. ».

En 1967, Patrick de Coninck apporte alors sa pierre à l’édifice familial. Il renforce la collaboration avec les cousins bordelais et « se prend d’un amour fou pour le vin ». On peut même parler d’un véritable précurseur des vins du monde puisque Patrick de Coninck a été le premier à importer les vins de Californie ! Il a aussi été le stratège qui a redéfini l’orientation de la maison après l’arrivée des supermarchés. « Il s’agissait de se concentrer sur la meilleure qualité, jamais sur le tout venant commercial qui a eu, certes, l’avantage de vulgariser le vin. Au final, nous avons gagné une clientèle qui après avoir découvert les joies vinicoles, est devenu connaisseur et a désiré explorer les meilleures appellations ».

Le pari était né de toujours miser sur la meilleure qualité, en la privilégiant sur la quantité, mais aussi de se tenir au courant des modes et des tendances. « J’avais mon ancrage bordelais, mais aussi des antennes partout, car il ne fallait rater les changements de goûts. Pensez au vin rosé. On le buvait encore assez foncé il y a une trentaine d’années. Aujourd’hui, on trouverait que ces vins sont difficiles à digérer. On préfère des teintes claires. Ce qui n’empêche pas ces vins d’être plus savoureux ! ».

Et les tendances actuelles ? Rires de ce grand monsieur passionnant et si humble. «  Pour le présent posez vos questions à mon fils, Jean-Gabriel qui, depuis 1998, représente la quatrième génération de la maison de Coninck. L’aventue continue ! »

De Coninck Wine & Spirit
Chaussée de bruxelles 37 - 1410 Waterloo
+32 2 353 07 65
waterloo@deconinckwine.com
www.deconinckwine.com
Avenue du Pesage 1 – 1050 Bruxelles
+32 2 640 44 65
pesage@deconinckwine.com