Le vrai scandale du parfum, c'est son mystère

Car il nous échappe. Seul le flacon peut se vanter de le contenir, de le conserver. Il nous reste donc la part magique : la liberté de le porter, la liberté de raconter sa propre histoire. Celles qui aiment cette souplesse de ton vont être servies. Dans le cadre des Exclusifs de Guerlain, cette niche de grande parfumerie distribuée en quelques lieux rares, voici une rupture inattendue. Elle déroge aux prudences du genre. En trois grandes enjambées, la voici affranchie du vocabulaire ambiant.

« Je ne résiste pas lorsqu’il me frôle. Mon exclusif, je l’ai tellement dans la peau. »

Quelle est donc cette histoire ?
Une femme qui n’y va pas par quatre chemins. Elle sait ce qu’elle veut. Elle prend ce qu’elle désire. Elle est directe, décomplexée. Elle s’accapare, car tel est son bon vouloir. Elle fouille dans la trousse de toilette de son homme, lui chipe son parfum... Son luxe, c’est son caprice. Oser. Sa beauté respire l’audace. Son plaisir est limpide. Il est presque explicite (il l’est, Darling). Combien sont-ils dans cet attelage ? Elle, son homme et son Exclusif.

pour la première fois, cet exclusif Guerlain ne porte pas de nom !
Parce que chaque femme entretient une relation charnelle avec son parfum, la Maison lui offre la liberté de choisir le nom de son Exclusif. Georges, Julie, Mon Amour...

À elle de nommer celui qui partage sa vie.

Le voici dans son luxueux flacon.
Qu’est-ce ? Les ailes d’une libellule ? Un nœud papillon ? Va pour ce dernier et son immédiat cortège de références. C’est précisément cela que nous aimons dans un parfum : sa liberté bien entendu, mais aussi tous ses filins qui nous le hissent à d’autres époques. Ce flacon dans son halo de platine lumineux, ces liserés d’argent délicats nous délivrent un frère jumeau, celui de Coque d’Or. 

Son flacon est librement inspiré du nœud papillon des hommes pour les soirées de gala...

Remember* : 1937, Jacques Guerlain composant ce parfum en hommage à Serge de Diaghilev, le critique d’art et fondateur des Ballets russes. Mille images déjà affluent. Son flacon est librement inspiré du nœud papillon des hommes pour les soirées de gala et des nœuds des ballerines. Son nom ? Une référence au Coq d’Or, l’opéra de Nikolai Rimsky-Korsakov chorégraphié en 1914 pour les Ballets russes. Un grand succès qui fait date dans la carrière de Diaghilev.

Fermez les yeux.
Voici une fougère orientale.

Ce que nous aimons dans un parfum, c’est non seulement le souffle de l’histoire (appartenir à une légende, en hériter de son toucher, de son sillage), mais aussi gagner une atmosphère, un climat.

Un petit fric-frac dans le vestiaire masculin. Tout est permis, les coups les plus doux, lavandés. Elle nous enrobe, nous déshabille de ses linges et nous vampe, nous baise la bouche avec cette touche toffee «so sexy». Il s’agit de la lavande Carla, cueillie par les agriculteurs de Baume des Anges, une société de la Drôme qui produit une superbe collection d’arômes purs et naturels. On y sélectionne les meilleurs brins et ce, pour les trois étoiles mondiales de la gastronomie s’offrant une lavande des plus rares au monde, aérienne, fine et légèrement fruitée.

La magie Guerlain opérée par Thierry Wasser va alors se déclencher.
Ce dandy a longuement observé les stratégies de sioux de ses aînés, cachotiers dans l’âme, magiciens de l’éphémère, opérateurs du rêve. Cet artisan du bonheur a distillé ce mouvement magique : faire basculer une senteur en un parfum, ébouriffer le genre. Dans ce hold-up sensuel, il s’est bien gardé de ne pas empocher quelques sortilèges, ces fameux instants, cette «Guerlinade». 

BB15_MYGF16-10.jpg

Soudainement un parfum naît, prend son envol. Il rencontre son audace, son risque et son bonheur. La lavande presque à croquer (un clin d’œil masculin) s’associe à la douceur d’un santal précieux et tendre, dont la ténacité est remarquable. Puis un accord toffee surprend les papilles : une alliance irrésistible de caramel au beurre salé et de touches orientales. La mandarine, l’iris. C’est une apparition. Puis tout se calme. Il y a même un moment blanc (les muscs ?), un grand silence. Vous êtes seule avec votre Exclusif. Votre homme n’est pas loin. Il retrouvera une femme dans son audace, sa pensée libre, son mystère chauffé à blanc...