Bienvenue au 7e ciel

C’est la plus importante compagnie aérienne privée d’Inde. C’est aussi le 5e plus grand opérateur de Brussels Airport et l’une des meilleures compagnies qui relient quotidiennement l’Europe au sous-continent indien et à l’Amérique du Nord.

Jet Airways dispose de l’une des flottes les plus récentes au monde (avec une moyenne d’âge inférieure à six ans), comptant 117 appareils, dont dix Boeing 777-300ER, septante-sept Boeing 737 (séries 700 à 900), huit Airbus A330-200 et quatre 300 ainsi que quinze ATR 72-500 et trois 600. De quoi relier, depuis Bruxelles, avec 4 vols quotidiens, Londres Heathrow ou encore Paris, des destinations magiques telles Bombay, Chennai, Delhi, Madras, Bangalore ou encore Jaïpur, mais également New York (JFK et Newark), Toronto (Pearson), Bangkok, Colombo, Doha ou encore Kuala-Lumpur. En outre, Jet Airways est membre du réseau Etihad Airways.

First ou Business? Cruel dilemme…
 
A priori, les deux offres semblent en gros similaires. On y trouve en effet le plus souvent un siège couchette, qui gagne quelques centimètres en First. S’y ajoutent un écran plat géant assorti de nombreux films, des écouteurs à même d’éliminer les bruits externes, une prise pour charger votre ordinateur ou votre téléphone portable, et un menu « à la carte ». Autant de caractéristiques que l’on trouve aussi bien en First qu’en Business.

Mais, pour corser encore ce choix, Jet Airways a décidé d’appeler sa nouvelle Business… Première. Cette classe propose de nouveaux sièges lits avec coussins à air et équipe les Boeing 777-300ER de la compagnie, ainsi que ses Airbus A330-200 et 300, en parallèle de la First et ses huit suites au style raffiné. Dès lors, où se niche donc cette fameuse différence pour laquelle le passager ne rechignera pas à payer jusqu’à 40 % de plus que le tarif d’une classe affaires? C’est là qu’intervient la notion de service. Et elle se joue au sol comme en vol.
 
Ainsi, des compagnies comme la Lufthansa allie confort et luxe avec, à Francfort, rien de moins qu’un terminal privé uniquement dédié à la réception des passagers de la First, avant un transport au pied de l’avion en Mercedes-Benz Classe S. À Londres, les équipes de British Airways, qui a relancé sa First en 2010, ont travaillé sur un concept simple: prendre en charge les passagers First et leur offrir l’excellence tout au long de leur parcours, avec un circuit quasi privé, isolé du citoyen lambda, les passagers Business et Economy en l’occurrence, à travers un service de concierge, une zone d’enregistrement dédiée, des salons exclusifs et l’accompagnement jusqu’au pied de l’avion en limousine privée.
 


En vol, l’environnement ouaté de la First permet de travailler, de se détendre et de se reposer dans le luxe et la volupté. Le transporteur britannique Jet Airways et British Airways parlent d’ailleurs de « suite » plus que de cabine, accentuant encore l’idée d’individualisation de ses prestations.

se caractérise par un confort exceptionnel

Une Première de très haut vol
 
La classe Première de Jet Airways (qui correspond à la Business Class des compagnies américaines et européennes) se caractérise par un confort exceptionnel, un service discret mais chaleureux et efficace, et surtout par des repas délicieux et concoctés par le chef étoilé Yves Mattagne.
 
S’ajoute à cela un système d’infodivertissement performant et varié, un éclairage personnalisé facilitant la lecture, un siège à même d’adopter une position couchée qui se commande depuis un petit clavier ergonomique ou encore un kit de courtoisie griffé Chopard, contenant des cosmétiques de luxe (une crème pour les mains, un baume pour les lèvres, une brosse à cheveux, un masque pour les yeux et des chaussettes de cabine). Un oreiller et une couverture sont également proposés aux passagers qui voyagent en classe Première.
 
Enfin, opter pour cette dernière vous donne également accès à des guichets d’enregistrement séparés, aux salons Jet Airways dans les aéroports et à un service de boissons à volonté une fois en vol. Une Première qui n’est donc pas loin de la First. Vous suivez toujours?