Intégrer le savoir oriental à la médecine occidentale?

Le Brussels Yoga Day du 21 juin est l’occasion  de se pencher sur un courant encore peu connu chez nous : la médecine intégrative. Intégrer tous les savoir-faire et pratiques ancestrales de l’Inde et de la Chine au sein de notre médecine un peu trop scientiste ? Les « médecines parallèles » de jadis  ont le vent en poupe. Méditation, yoga, hypnose, massages indiens, ayurveda, … Au chevet d’une Europe surmédicalisée, éternellement en quête de nouveaux traitements contre le cancer, le diabète, l’obésité, voici la SI, multi-disciplinaire et novatrice.

 

«...on s’inspire des meilleures pratiques pour les adapter aux besoins de la personne...»

 

Rencontre avec  Nathalie Babouraj, coach de santé intégrative.

Née  aux Etats-Unis dans les années 90, la santé intégrative est devenue une discipline médicale, enseignée à l’université. A la base, des études universitaires ont intérrogé les citoyens sur leur « consommation » de médecines parallèles. Les résultats ont été bluffants ! Des spécialistes de la santé se sont alors penchés sur  le buzz. « Le National Institute of Health a lancé son département et a financé des recherches sur cette demande naissante», précise  Nathalie Babouraj. Ensuite les institutions privées ont pris la relève. L’idée était la ‘customisation’ des soins. Pas de pratiques précises imposées de manière a priori, mais une écoute du patient ». Oui mais… Quel yoga ? Quelle relaxation ? Quelle hypnose ? « Même si les mentalités évoluent, il est parfois difficile de faire le pas vers une orientation précise. Ici, on s’inspire des meilleures pratiques pour les adapter aux besoins de la personne ». 

Déjà en phase de remboursement de la sécu?

« L’Obama care demande aux assurances privées de prendre en compte nos pratiques. J’espère que l’Europe suivra ». Déjà en milieu hospitalier, pour créer un environnement favorable à la guérison d’un cancer les médecins suggèrent de recourir à l’hypnose. Mais… « Bien sûr ce n’est pas une séance de méditation qui va ‘guérir ‘ le patient d’une crise cardiaque ! Les médicaments sont bien sûr toujours nécessaires. Mais pensez aux maladies chroniques ». Qualité de vie. Bonne alimentation. Relaxation. Respect de l’environnement … La vraie santé ?

Mais comment sensibiliser à ces nouvelles pratiques ?

Nathalie travaille, à côté du coaching, sur un docu télévisé. « Mais tout un travail a été fait par des personalités comme B.K.S Iyengar qui a écrit une véritable bible du Yoga dans les années 70. Une culture de l’orient a déjà percolé », nous explique Nathalie.

Pas de danger ésotérique?

New Age, gourous et cie? Certes la médecine peut s’ouvrir à d’autres sagesses… « Du moment  qu’on travaille avec sérieux, de manière pondérée, en adaptant d’autres savoirs aux exigences européennes de  scientificité »

Mais concrètement  comment cela se passe-t-il?

« Il n’est pas question  de prescrire les mêmes médicaments à toutes les personnes souffrant de la même maladie. Au contraire. Nous nous adaptons aux croyances de la personne, ses référents mentaux, pour être certain que l’effet  sera en accord avec l’esprit et le corps bien sûr. Le dernier mot étant l’union…Yoga… L’intégrativité. De soi avec soi. De son corps avec son esprit. Mais aussi  du lien avec l’autre ! Il s’agit d’une véritable écologie transdiciplinaire. Nature, corps, environnement et esprit ! », conclut brillament Nathalie Babouraj. 

www.institutdesanteintegrative.com
facebook /institutdesanteintegrative