L’art de manger bien

Malgré l’assaut continuel de la malbouffe dans les rayons, il est possible d’avoir une alimentation conforme aux besoins essentiels du corps et qui soit en même temps accessible à tous. 

Aujourd'hui, avec les pesticides, la pollution, l'industrie de la malbouffe, est-il encore possible de manger sainement? 

La situation devient assez préoccupante. Les fruits et les légumes sont devenus pauvres en éléments nutritifs dont le manque va nous mettre dans un état de malnutrition. Ils sont chargés en pesticides, engrais, conservateurs hautement toxiques, quoi que l’on puisse dire pour rassurer le consommateur. Les viandes et les poissons industriels, bourrés d’hormones, d’antibiotiques, nourris à contresens de la nature, ne peuvent nous donner de l’énergie et de la vitalité. Idem pour les œufs de batterie ou les produits laitiers dénaturés, pasteurisés. Il y a également l’eau du robinet, calcaire et chargée entre autres de chlore, médicaments, nitrates polluant l’organisme ; le sucre sous toutes ses formes ; les produits industriels, les sodas… Nous vivons dangereusement. Néanmoins, on peut choisir l’option 100 % santé et vitalité. On peut décider de bien ou mal manger, de tomber malade ou d’acquérir une santé optimale. 

Selon vous, quels sont les principes d’une alimentation saine?

Retourner à une alimentation centrée avant tout sur le végétal, sans être végétarienne pour autant. Sélectionner des aliments bios ou garantis naturels, inchangés par l’industrie. Diminuer les céréales. Notre organisme n'est pas vraiment conçu pour les assimiler. Et d’ailleurs, l’homme développe des maladies inflammatoires depuis qu’il cultive les céréales. Il vaut mieux choisir les céréales complètes, peu chargées en gluten : riz, quinoa, épeautre, millet, sarrasin… Supprimer les sucres ou n’en consommer que rarement ; de même que le café, les sodas. En revanche, boire de l’eau de source peu chargée en minéraux. Diminuer aussi la viande à 150gr par jour, issue d’une filière naturelle et respectueuse de l’animal. Augmenter les légumes, nos meilleurs atouts de santé, à 700gr et les fruits à 250gr. Ne pas oublier les oléagineux (amandes, cajous, sésame, noix…), top pour un en-cas par exemple, ni les  bons acides gras, omégas 3 en tête (poissons gras, graisse de coco). Choisir les huiles végétales (olive, pépin de courge,  germe de blé, lin, chanvre...)  de première pression à froid et les consommer crues, même et surtout si on désire perdre du poids. Et on achète  non seulement bio, mais aussi local et de saison. Bref, on noue une relation harmonieuse avec un environnement dont notre santé dépend. 

Quels sont les aliments dont le corps a le plus besoin matin, midi et soir?

D’abord les légumes. Le matin, on peut les consommer sous forme de jus, de smoothies, de caviar, comme un caviar d’artichaut ; le midi et le soir,  sous forme de salade (cuite en hiver, crue en été) ou de velouté, de potage, de tapenade… Quant aux fruits, dans une moindre proportion, le matin quand on est à jeun, ou l’après-midi trois heures après le déjeuner. Il faut toujours consommer les fruits à jeun. Ensuite, les céréales qui nous assurent l'énergie métabolique. On peut les consommer le matin ou le midi, sous forme de flocons de riz ou d'avoine, de pain de graines… Et enfin, le soir, les protéines animales, servies uniquement avec des légumes.

Un ménage à bas revenu peut-il s’offrir une alimentation saine?

En moyenne, perso,  je dépense dix euros par jour pour mes repas. Je ne pense pas que cela soit excessif. C'est le prix de la santé. Un caddie plein d'aliments inutiles et nocifs coûte au minimum tout aussi cher. Il est plus intelligent et plus enthousiasmant de payer un peu plus pour fortifier sa santé que de faire un emprunt pour couvrir les frais de traitement d’une maladie liée à la malbouffe. Un ménage lambda consacre aujourd'hui 
15% de ses revenus aux achats alimentaires. Il y a 50 ans, c’était 45%. Il faut reconsidérer ses priorités, neutraliser les achats inutiles et impulsifs.

Prochaines cures detox gourmandes en voilier (Turquie) : mai-juin 2015 
Site : martinefallon.com

Facebook: Martine Fallon, la Cuisine de l’Énergie Derniers livres parus : La Cuisine de l'Énergie, Ed Les Arènes (Paris), Ma Cuisine Énergie et Bombe Énergétique, Ed. M. Fallon (Bruxelles).

A paraître ce printemps: Sauces et coulis, 100 recettes inédites.