Dinner in the Sky: Luigi Cicciriello

Au milieu entre ses collègues, Luigi Cicciriello, patron de La Truffe Noire, montrant deux kilos de son produit vedette.

Vous qui êtes chef-propriétaire d’un restaurant gastronomique classique à Bruxelles, pourquoi participez-vous à cet événement contemporain si fantaisiste, presque surréaliste?

Je suis très fidèle à Dinner in the Sky et ce sera la 4e fois que j’y participe. C’est pour moi un événement original et unique auquel je suis attaché non pas à des fins commerciales mais plutôt pour la performance que cela représente. Il donne de nous une image très positive, actuelle et il apporte de l’adrénaline à toute l’équipe. Et puis, c’est aussi un événement très convivial pour tous les chefs qui y participent. Il n’y a aucune concurrence entre nous et nous y sommes comme dans une grande famille.

«  un événement original... »

Comment en parlez-vous autour de vous?

J’en fais la promotion directement dans mon restaurant en mettant une photo-dépliant avec l’addition. Cela éveille la curiosité des clients qui me posent des questions et ainsi il n’y a pas un jour où je n’en parle pas à mes clients d’ici et d’ailleurs. Nous avons même une grande clientèle venant du Japon, de Chine, de Dubaï qui est toujours très contente de vivre cette expérience.

L’organisation d’un tel type de repas est-elle plus compliquée?

Pas vraiment car tout est calculé à l’avance. On fait parfois semblant d’oublier quelque chose en bas ou l’on doit parfois redescendre si on a prévu de la glace au dessert  par exemple. Cela crée une petite animation quand il faut redescendre et tout le monde s’amuse. C’est un vrai spectacle que l’on donne à chaque fois.

Quels chefs avez-vous choisis pour vous y accompagner?

Le chef-propriétaire de Da Mimmo à Bruxelles, Laury Zioui de L'Eveil des Sens qui vient du Hainaut, Franco Spinelli du restaurant San Daniele et un pâtissier qui, pour le moment, n'a pas encore été désignés.