AAB, clap, troisième!

L’Asian Art in Brussels est né en 2013, ici aussi à l’initiative des marchands, sur base de ce qu’était la BOAFair (Brussels Oriental Art Fair).

Carlo Cristi, président de la nouvelle AAB, explique ce changement de concept: « Nous avions envie de dépoussiérer l’image de la foire, de lui donner un coup de jeune, tout en faisant écho à des événements internationaux tels l’Asian Art in New York et l’Asian Art in London. L’occasion aussi pour nous d’insister sur la qualité des objets, mais également sur le côté culturel de l’événement en conviant des conférenciers de renom, qui drainent eux-mêmes un public nombreux et spécialisé en la matière.

C’est ainsi que les précédentes éditions ont accueilli des conférences sur l’Inde, la Chine et le Japon. Cette année, en collaboration avec les Musées Royaux d’Art et d’Histoire, nous organisons une série de conférences qui accueilleront, notamment, Nathalie Vandeperre, Conservateur de la section d’Extrême-Orient des Musées Royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles, et Pierre Baptiste,

Conservateur en chef du Musée Guimet à Paris, haut lieu de la connaissance des civilisations asiatiques, et Madame Denise Patry Leidy, Conservateur experte en art bouddhiste et taoïste au Metropolitan Museum de New York. Trois événements exceptionnels qui seront organisés au Cinquantenaire. »

«Nous avions envie de dépoussiérer l’image de la foire...»

A noter que le programme, baptisé ArtConnoisseurs, sera inauguré le vendredi 12 juin dans les murs du Musée du Cinquantenaire, puis lancé par un cocktail organisé dans le cloître du musée. Des visites guidées, en compagnie des conservateurs du Musée, se tiendront aussi le même jour.

De la qualité, rien que de la qualité
 
S’ajoute à cela un système de vetting, confié à une commission composée d’experts internationaux, chargés de certifier les pièces présentées, qui doivent toutes être d’une qualité irréprochable et authentique. En outre, le Art Loss Register demeure obligatoire, ce qui aussi garantit une provenance et une qualité irréprochables.

Plus concrètement, l’AAB regroupe une vingtaine de marchands internationaux spécialisés dans les arts de l’Inde et de l’Himalaya, mais également de l’Asie Centrale et du Sud-Est, de la Chine et du Japon. Ceux-ci présenteront leurs plus belles pièces, d’autant que cette troisième édition sera rehaussée de la présence de trois nouveaux exposants dans le domaine de la peinture et des arts graphiques japonais (Ibasho d’Anvers, Hotei de Leiden et Oranda Jin de ’s Hertogenbosch.)

www.asianartinbrussels.com