Quand déco et cuisine se subliment l’un l’autre, on est au Chalet !

Voilà près de trois ans que Nelly Smets et Pili Collado, ont harmonieusement rénové la décoration intérieure du Chalet de la Forêt. À chaque passage des deux esthètes dans la grande bâtisse du début du 20e siècle, plantée en lisière de la forêt, de nouvelles idées émergent ! Leur inventivité n’a pas de limite !

Après 13 années d’existence, le décor et l’identité visuelle du Chalet n’étaient plus en phase avec la cuisine subtile et raffinée de son chef, Pascal Devalkeneer. Il était donc temps pour le Chalet de revêtir une nouvelle image, plus élégante, plus sensible et nuancée.

C’est assez naturellement que Pascal a sollicité un tandem de choix pour entreprendre ce beau et grand projet: Pili, architecte de formation et également sa compagne à la ville, et Nelly, architecte d’intérieur, toutes deux amies par ailleurs. Un binôme qui s’est très vite révélé être en accord parfait. « On ne doit pas se justifier quand on travaille en confiance » nous confie Pili.

Malgré les contraintes imposées, elles auront fonctionné en symbiose, affirmant chacune leur identité et leur créativité propres. La rencontre de leurs deux univers a provoqué un mélange réussi et magique, entre pureté et élégance, rigueur et rondeur, sobriété et fluidité, présence et délicatesse.

Depuis trois ans, beaucoup de choses ont changé au Chalet de la Forêt et les clients n’y sont pas insensibles. Et si les filles ont su rénover avec goût l’intérieur de la maison, Pascal Devalkeneer s’est quant à lui offert, un magnifique potager écologique et naturel qui est apparu cet été. Un rêve devenu enfin réalité grâce à sa persévérance et à l’inventivité de l’architecte de jardins, Erik Dhondt.

Une collaboration énergisante et dynamisante
Le binôme féminin a su instauré un lien délicat entre les textures brutes et raffinées, distillant sur un fond de teinte mastic, de bois noirci ou cuivré, l’éclat de touches dorées et la transparence aérienne du verre. Elles ont revu totalement la verrière du restaurant qui a aujourd’hui des allures de bar londonien avec ses canapés recouverts de flanelle, ses tables en verre et ses poufs Platner. Un mélange de matières et de couleur qui rassurent et donnent envie de s’abandonner au coin du feu lors de longues soirées d’hiver. Elles surprennent sans bousculer, et pas question de sacrifices sur l’autel des tendances! Dans la salle de restaurant par exemple, on ne déroge pas à la tradition chic des tables nappées de blanc, parfaitement apprêtées, mais des éléments de décor ont pu sublimer l’atmosphère et la rendre plus légère. Des galets en céramique, commande spéciale à l’artiste Louisélio (galerie Pierre Marie Giraud), ont remplacé les traditionnelles fleurs posées sur les tables. Des photophores, supports à serviettes et assiettes ont été commandés à Michaël Verheyden. Enfin, des bandelettes en laiton, placées aléatoirement, courent sur les murs en véritable signature du Chalet et une suspension, elle aussi en laiton, de l’expérimentateur italien Vincenzo De Cotiis s’étire au plafond.

Le petit salon où l’on peut dîner de manière plus confidentielle, a lui aussi gagné en élégance grâce aux chaises Platner et au lustre acheté par Pili, il y a des années chez un antiquaire belge. Les appliques Wabbes, toujours en laiton, s’accordent parfaitement avec ce dernier.

Très fières de la convivialité retrouvée des lieux, le tandem continue d’apporter ci et là, des touches plus sensibles et raffinées au cadre du restaurant doublement étoilé. Très bientôt, elles s’attaqueront aux lieux d’aisance et à la terrasse du Chalet. Peut-être un nouveau décor pour l’été prochain ?

Drève de Lorraine 43, 1180 Bruxelles
02 374 54 16
www.lechaletdelaforet.be